Les champs indiqués par une * sont obligatoires


27 rue Godefroy, lyon 6ème

Toxine botulique

Injections toxine botulique Lyon

La Toxine Botulique, comment ça marche ?

La toxine botulinique est issue de la culture d’une bactérie appelée Clostridium botulinum. On l’emploie depuis plusieurs années en ophtalmologie, en neurologie et en médecine esthétique. Elle est utilisée en esthétique pour le traitement de certaines rides du visage et contre l’hypersudation (transpiration excessive) en quantité extrêmement faible.
Cette toxine est une molécule qui diminue la contraction des muscles en agissant au niveau de la jonction entre le nerf et le muscle (relaxation musculaire).
Son action va permettre de « détendre » le muscle responsable des contractions à l’origine des rides.
 

Dans quel cas est-elle utilisée ?

Depuis le 20 février 2003, la toxine botulique bénéficie de l’autorisation de mise sur le marché (AMM) pour le « traitement des rides verticales inter-sourcilières, observées lors du froncement des sourcils, lorsque ces rides entraînent un retentissement psychologique important chez le patient ».

Son utilisation est notamment préconisée dans le traitement des rides de la glabelle (rides du lion située entre les deux yeux), du front et de la patte d’oie (autour des yeux). On peut aussi utiliser la toxine botulique pour ouvrir le regard en relevant légèrement la queue du sourcil.

La toxine botulique peut aussi être injectée au niveau des aisselles pour traiter l’hyperhidrose axillaire (sudation excessive).
Au cours de cette consultation, votre praticien vous fournira toutes les indications sur ces injections et calculera la bonne dose de toxine botulinique.


Il est important de noter que les résultats obtenus par injection de toxine botulique peuvent varier d’un patient à un autre.

Sources :
AFME
ANSM
IPSEN : AMM
Doctissimo

Comment se déroule le traitement par injections ?

Le jour des injections, vous n’avez pas besoin d’être à jeun. Les femmes devront se présenter au Centre Esthétique Lyon sans maquillage ou seront invitées à le retirer avant les injections.

Pendant les trois heures qui suivent, il est recommandé de ne pas faire de sport intensif et de ne pas s’allonger. Il faut également éviter les massages locaux pendant les 24 heures qui suivent la séance pour limiter le risque de fuite du produit vers les muscles périphériques (effets non désirés). Les risques de bleus ou de saignements des régions traitées peuvent être minimisés en évitant toute prise d’aspirine ou de médicaments agissant sur la coagulation du sang, pendant les huit jours qui précèdent et les huit jours qui suivent les injections.

Vos questions sur la toxine botulique

Les résultats sont visibles au bout de combien de temps ?

Les résultats sont visibles au bout de quelques jours. Pendant les quinze premiers jours, les effets sur le visage peuvent être variables (voire asymétriques à certains moments) avant de finir par se stabiliser. Les effets durent six mois environ. Les résultats se prolongent plus longtemps avec la répétition des injections (6 à 10 mois). Une consultation est conseillée entre 8 et 15 jours après les injections pour juger du résultat.

Les injections doivent être réalisées à 6 mois d’intervalle pour obtenir une certaine stabilité du résultat. Il est recommandé de ne jamais rapprocher les séances d’injections à moins de 3 mois d’intervalle afin notamment d’éviter de créer une résistance au produit (effet vaccin). En cas de peau épaisse ou de « cassure profonde », il peut être nécessaire de réaliser d’autres techniques (comblement par acide hyaluronique) pour optimiser le résultat ; c’est votre médecin esthétique qui adaptera les doses, leurs fréquences et les traitements associés. Des photos avant/après l’intervention seront éventuellement prises dans un but de suivi.
 

Peut-on associer plusieurs traitements esthétiques lors d’une même séance?

La toxine botulique permet de traiter les rides d’expression du visage comme celles du front, la ride du lion et les pattes d’oie. En revanche, les pertes volumétriques (sillons nasogéniens, plis d’amertume) sont traitées en utilisant de l’acide hyaluronique. Ces deux traitements peuvent être effectués durant une même séance en évitant toutefois d’injecter la même zone plusieurs fois.

A quel âge peut-on commencer les injections de toxine botulique ?

Il n’y a pas d’âge pour commencer des injections de toxine botulique. Tout dépend des rides d’expression que vous présentez. La toxine botulique permet d’empêcher les muscles de se contracter, et ainsi d’éviter la création de rides. Cette toxine a deux effets majeurs.

Le premier est curatif : les rides s’estompent.
Le second est préventif : il limite les fractures du derme, donc l’apparition de nouvelles rides.
Le traitement par toxine botulique permet de conserver les expressions du visage tout en effaçant les traits trop marqués.

Quelles sont les précautions à prendre ?

Le traitement par toxine botulique est aujourd’hui parfaitement maîtrisé, les risques sont mineurs. La seule précaution à prendre est de ne pas prendre d’aspirine pendant les dix jours qui précèdent votre traitement. De la glace peut être utilisée dans certains cas pour empêcher l’apparition d’un hématome transitoire.
Après le traitement, il ne faudra pas exercer de pression sur les zones traitées et éviter de mettre la tête en bas pendant trois heures. Le médecin vous conseillera aussi de ne pas vous allonger et de ne pas pratiquer d’activité sportive pendant ces quelques heures.

Quels sont les risques et les contre-indications ?

Les effets secondaires après des injections de toxine botulique sont rares et réversibles. La littérature médicale fait mention d’un risque de ptosis qui correspond à la chute de la paupière supérieure, de maux de tête et une tension de la zone frontale. Par mesure de précaution, votre médecin ne vous traitera pas si vous êtes enceinte ou si vous allaitez. En cas de doute, faites un test de grossesse avant votre séance de traitement. Par ailleurs, la prise d’antibiotiques aminosidiques contre-indique l’utilisation de la toxine botulique. De même, les personnes atteintes de myasthénie ne doivent pas subir d’injection de toxine botulique.

s
dolor vulputate, id, libero lectus risus. ut id Curabitur